Agence de la santé publique du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Partagez cette page

Cancer colorectal

Le cancer colorectal se forme la plupart du temps dans les cellules qui tapissent la paroi interne du colon ou du rectum. Le cancer progresse habituellement lentement et il est curable lorsqu'il est diagnostiqué à un stade précoce.

  • On estime que 26 100 Canadiens recevront un diagnostic de cancer colorectal en 2016 (14 500 hommes et 11 600 femmes) et que 9 300 d'entre eux (5 000 hommes et 4 300 femmes) mourront de la maladie.
  • On prévoit que 1 homme sur 14 et 1 femme sur 16 seront atteints du cancer colorectal au cours de leur vie, et que 1 homme sur 29 et 1 femme sur 32 en mourront.
  • Le cancer colorectal compte pour environ 14 % des nouveaux cas de cancer et 12 % des décès attribuables au cancer. En 2009, on estimait que 55 985 hommes et 48 145 femmes vivaient avec le cancer colorectal ou y avaient survécu au Canada, ce qui signifie que 1 Canadien sur 297 et 1 Canadienne sur 351 avaient reçu un diagnostic de cancer colorectal à un moment donné au cours des 10 années précédentes.
  • Plus de 90 % des cas de cancer colorectal sont des adénocarcinomes, c'est-à-dire des cancers qui se forment dans les cellules épithéliales qui tapissent certains organes internes. Certaines formes d'adénocarcinomes comprennent le cancer du sein, de la thyroïde, du côlon, de l'estomac, du pancréas et certains types de cancer du poumon. La plupart de ces cancers se développent à partir de polypes adénomateux (adénomes). Les adénomes sont des tumeurs bénignes courantes qui se forment à partir de la muqueuse colique normale. Ils sont présents chez environ le tiers des populations européennes et américaines. Une faible proportion de polypes (de 1 % à 10 %) se transforme en cancer colorectal infiltrant.
  • Que faut-il savoir au sujet du cancer colorectal?

Facteurs de risque

Les causes du cancer colorectal sont multiples, mais certains facteurs augmentent le risque.

  • Âge : surtout chez les 50 ans et plus.
  • Sexe : les hommes courent un risque plus élevé.
  • Polypes : petites tumeurs sur la paroi interne du colon et du rectum.
  • Antécédents familiaux de cancer colorectal ou présence de polypose adénomateuse ou du syndrome de Lynch dans la famille.
  • Alimentation riche en viande rouge ou transformée et apport insuffisant de fruits et de légumes.
  • Obésité.
  • Inactivité physique.
  • Consommation élevée d'alcool.
  • Maladie intestinale inflammatoire (colite ulcérante ou maladie de Crohn).
  • Consommation de tabac.
  • Origine ethnique : descendance Ashkenazi (Juif de l'Europe de l'Est).
  • Que faut-il faire pour réduire les risques de cancer?
  • Comment devrais-je manger pour réduire le risque de cancer?

Contrôler le cancer colorectal

Faits et chiffres

Développement et échange des connaissances

Initiatives, stratégies, systèmes et programmes

L'Agence de la santé publique du Canada participe avec le Partenariat canadien contre le cancer à l'élaboration d'une base nationale pour la surveillance du cancer colorectal. De plus, l'ASPC est membre du Réseau national de dépistage du cancer colorectal.